Mon accent ne m’a pas quitté

Maison de retraite de Lamarque
Mai 2012

On ne serait pas parti si on ne nous avait pas obligé.
On n’aurait pas pris le train, roulé des centaines de kilomètres.
On n’aurait pas quitté nos amis.
On n’aurait pas fermé la porte de la maison après avoir fait le tri dans nos affaires pour ne garder que ce qui tenait dans une valise.
On n’aurait pas abandonné notre village, notre pays, nos habitudes, les carpes dans la rivière, les bouts de bois qui descendaient le ruisseau, disparaissant puis revenant à la surface, les chemins où courir, faire du vélo, s’embrasser, se donner des surnoms.
Mon accent ne m’a pas quitté.

 

Mon accent-3172